accion.fr : le retour des escrocs derrière adp-management.com | brokerdefense
Résoudre un litige | Arnaque et trading en ligne | Broker Defense

Accion.fr : Le retour des escrocs derrière Adp-management.com

Nouvelle arnaque détectée juin 23, 2021 10:39 aucun commentaire

Accion.fr prétend aux visiteurs qu’il est l’un des sites les plus fiables qui soient en ce qui concerne l’investissement en ligne. « Avec près de 400 millions d’euros d’encours sous gestion, Accion compte parmi les premières sociétés de gestion de private equity en Europe », avance la plateforme. Problème : il s’agit d’une arnaque. Explication.

Agréé par la FCA ?

Pour un épargnant avisé, la première chose à faire avant de procéder à un investissement en ligne consiste à se renseigner sur la légalité de l’entreprise à laquelle il envisage de confier ses économies. Donc, avant de faire confiance à Accion.fr, il est bien de savoir si l’entreprise existe. Sur ce point, le site se veut convaincant, comme le montre la capture d’écran suivante.

Accion.fr prétend que Accion N.V est une entreprise régulièrement enregistrée.
Accion.fr prétend que Accion N.V est une entreprise régulièrement enregistrée.

Le site prétend que la firme Accion N.V est agréée par des régulateurs financiers, comme la Financial Conduct Authority (FCA). Alors, nous avons vérifié ses prétentions. Mais voilà, la FCA indique formellement que la société n’est plus autorisée, et ce, depuis des années.

En effet, la licence d’exploitation de la société a expiré depuis le 27 mai 2009. Par conséquent, cette dernière n’est pas autorisée à proposer des services financiers aux épargnants. Ainsi, Accion.fr ment quand il dit que la firme est reconnue par l’autorité.

Les Pays-Bas, mais sans numéro de téléphone

Même sans faire des recherches sur Accion.fr, on se rend compte que c’est un site qui appartient à des arnaqueurs. Il indique l’adresse suivante comme étant pour l’entreprise dont il dépendrait : Keizersgrcht 313-2, Pays-Bas. Pourtant, la plateforme ne contient aucune information relative à l’enregistrement de l’entreprise dans le registre des firmes qui sont basées aux Pays-Bas.

Par ailleurs, il faut remarquer que le site ne fournit aucun numéro de téléphone pour contacter l’entreprise. Une firme qui aurait « investi ses premiers programmes en buy-out dès la fin des années 90 » pourrait-elle ne pas avoir un numéro à contacter ? Cela nous surprend.

Tentative d’usurpation d’identité

Revenons sur les mentions légales qu’il y a sur Accion.fr. En réalité, faut-il leur donner le titre de ‘’mentions légales’’ ? Les informations qui sont fournies sur la page ne le méritent pas. En effet, non seulement elles sont incomplètes, mais en plus la présentation de la page laisse à désirer. Le site avance que « tout litige en relation avec [son utilisation] est soumis au droit français ». Toutefois, dans le même temps, il prétend que la société est basée aux Pays-Bas. 

Dans le but de faire baisser la vigilance des épargnants, la plateforme contient un supposé numéro d’immatriculation de Accion au Regafi. Mieux, en indiquant le numéro d’immatriculation, elle propose un lien hypertexte qui conduit directement sur la page du Regafi. Pour autant, il faut faire attention. Pour cause, le numéro indiqué (69911) n’appartient pas à Accion, mais plutôt à Maxiflex Ltd, une entreprise dont la base se trouve à Chypre.

Enfin, nous aimerions souligner que Accion.fr ne nous semble pas nouveau. Nous avons l’impression que ce sont les mêmes arnaqueurs derrière Bearbull-patrimoine.com et Adp-corporate.com qui ont créé le site. Pourquoi ? Parce que les affaires n’évoluaient plus avec ces plateformes étant donné qu’elles ont déjà été épinglées comme des arnaques.

Marc Bouzy

Cet article a été écrit par Marc Bouzy

Une réaction, un commentaire ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Victime d’une arnaque financière

Nos avocats référents spécialisés dans la cybercriminalité vous accompagnent dans toutes les démarches précontentieuses et contentieuses.

symbole de la justice
  • Virement sur des comptes bancaires étrangers
  • Transfert via des processeurs de paiement
  • Manipulation
  • Abus de confiance
Traitement des données en cours
Merci de bien vouloir patienter